Rétroviseurs moto et rétroviseurs scooter : tout ce que vous devez savoir

moto photo

Les rétroviseurs, ces étrangers. Parmi les nombreux comportements potentiellement incorrects des motocyclistes, il y a ceux qui voyagent sans imiter les motos de course, il y a ceux qui en ont peut-être cassé une et ne l’ont pas remplacée, il y a ceux qui voyagent avec un seul modèle à la mode, surtout sur les scooters, et ceux qui les remplacent par des modèles plus esthétiques – sont les rétroviseurs extérieurs très tendance, ou ceux montés à l’extrémité du guidon, sur contrepoids, vibrations humides ou modèles plus personnalisés – par rapport aux équipements originaux. Voyons ce que la loi italienne prescrit, les dispositions de la loi, sur les rétroviseurs pour les cyclomoteurs et les motocycles.

La réglementation sur les rétroviseurs de motocycles
La loi italienne relative à la réception des rétroviseurs pour motocycles et scooters exige la présence d’un ou deux rétroviseurs en fonction de la vitesse du véhicule. Au-delà de 100 km/h de vitesse, détectée naturellement lors de l’homologation, la loi impose la présence de deux rétroviseurs, un de chaque côté, alors qu’en dessous, c’est-à-dire typiquement sur les petits scooters et les vélos de trial, le véhicule peut être équipé d’un miroir unique.

Conformément à la directive européenne 2003/97/CE, le nombre de rétroviseurs doit en tout état de cause coïncider avec le nombre présent sur le véhicule réceptionné. En termes simples, si le cyclomoteur ou la motocyclette est équipé de deux rétroviseurs au moment de l’homologation, il est toujours nécessaire qu’il en ait deux.

Si vous conduisez avec un ou plusieurs rétroviseurs endommagés, manquants ou non homologués, vous êtes passible de sanctions administratives (c’est-à-dire le paiement d’une amende) pour une somme allant de 74 à 296 euros, donc la rupture n’est pas une excuse valable.

Attention car théoriquement, en cas de rétroviseurs manquants ou non homologués, la patrouille qui devrait vous arrêter pourrait contester une violation de l’art.78 du code de la route (“Modifications des caractéristiques constructives des véhicules en circulation et mise à jour du certificat d’immatriculation”, interprétation forcée certes mais qui a quelques précédents, et qui implique le retrait du certificat d’immatriculation, la révision et une sanction beaucoup plus pénible – de 419 à 1.682 euros.

Les rétroviseurs des motos du marché des pièces de rechange
Lorsque vous devez remplacer les rétroviseurs, vous pouvez bien sûr vous procurer la pièce de rechange auprès du réseau de distribution et des ventes du fabricant. De la même manière, il est possible de contacter le marché de la rechange, où différents fabricants produisent des miroirs homologués avec le style le plus approprié ou le plus agréable pour les goûts personnels. Les types sont parmi les plus variés (dernièrement, la majorité d’entre eux sont des miroirs de bar, mais aussi des miroirs sur mesure aux formes les plus imaginatives).

Pour s’assurer de l’homologation des rétroviseurs, aussi bien pour les motocycles que pour les scooters, il suffit de vérifier la présence d’une lettre E ainsi que d’un numéro suivant immédiatement à l’intérieur d’un cercle, qui certifie l’homologation CE et le pays dans lequel cette homologation a été obtenue – pour vous donner une indication supplémentaire, le numéro 8 est celui qui correspond à l’Italie. Il convient de noter que les rétroviseurs non homologués ne pourraient théoriquement même pas être distribués et vendus, ce qui ne sera certainement pas un problème pour les canaux de distribution officiels, mais pourrait au contraire constituer un problème s’ils étaient achetés en ligne sur des canaux parallèles. Méfiez-vous de ce que vous achetez et montez sur votre vélo ou scooter !